Édito : Stéphane Junique

guillemets  Notre mutuelle poursuit sa

grande aventure  guillemets

icone photo hm
À la rencontre de Stéphane Junique,
Président d'Harmonie Mutuelle
Pourquoi ai-je choisi d'être photographiée ici ?

Être au cœur du quartier de la création à Nantes m’est apparu comme une évidence. Ici, nous accompagnons une dynamique de développement territorial, en accueillant par exemple dans nos locaux sur l’île de Nantes la Creative Care Factory qui héberge dix entreprises qui travaillent dans le champ de la santé, du bien-être et du mieux vivre.

Quel constat faites-vous sur l’environnement dans lequel évolu Harmonie Mutuelle ?

Stéphane Junique : Notre société évolue perpétuellement, les attentes et les besoins des Français changent. Harmonie Mutuelle y est attentive pour continuer à être utile au plus grand nombre sur un temps long.

Le premier constat est indéniablement celui très positif de l’allongement de la durée de la vie. Si nous sommes tous appelés à vivre de plus en plus âgés, il est indispensable que ce soit synonyme de mieux vieillir. Pour cela, notre mutuelle agit pour la santé des séniors bien entendu mais aussi pour leur autonomie. Vivre le plus longtemps possible dans son logement, le plus confortablement, avec ses repères de vie et ses habitudes, en toute sécurité, voilà un beau défi ! Cela veut dire qu’avec VYV nous allons demain nous préoccuper en particulier du logement pour travailler à cet objectif.

Le second constat, qui va pour partie de pair avec le premier, c’est celui du développement massif des maladies chroniques et des affections de longue durée. Nous devons nous saisir de ces questions et devenir des acteurs du changement de notre système de santé. Il est aujourd’hui trop tourné vers le curatif. Il est dans l’intérêt des Français, et je ne parle même pas des comptes sociaux, que lorsque nous pensons santé, nous pensions d’abord et avant tout prévention. Pour Harmonie Mutuelle, c’est un point très important. Nous nous intéressons aussi bien à la santé au travail, à la santé environnementale, à l’alimentation.
Nous devons avoir une vue à 360° de tous ces déterminants de santé. Il y a un gâchis humain à ne pas le faire quand on sait combien de maladies chroniques pourraient être évitées, et il y a encore tellement d’efforts à faire pour que les personnes touchées puissent mieux vivre avec leur maladie. Il y a trop d’inégalités face à la maladie.

Enfin le dernier constat auquel nous sommes tous confrontés est celui de l’accélération des évolutions technologiques. Elles ont des conséquences sur nos vies personnelles, sur les innovations de santé, sur les organisations du travail. Harmonie Mutuelle est au cœur de ces évolutions pour faire profiter ses adhérents des progrès technologiques tout en protégeant leur droit à une vie privée, pour accompagner les mutations sociales qu’elles engendrent. Nous accélérons aussi avec Catherine Touvrey sur la transformation digitale de la mutuelle pour une qualité relationnelle augmentée avec nos adhérents.

L’identité mutualiste est-elle une fragilité ou un atout ?

S.J. : Toutes ces évolutions de notre environnement démontrent que notre société, pour relever ces défis, a besoin d’acteurs du temps long qui portent des investissements d’utilité sociale. 

Prenons l’exemple de la prévention. Investir dans la prévention des troubles musculo-squelettiques au travail ne rapporte rien financièrement si on raisonne à courte vue, à l’échelle d’un à cinq ans par exemple. Mais si on regarde sur un temps long, à l’échelle d’une vie de travail pour un salarié, on voit bien les bénéfices qu’on en retire : plus de bien-être pour le salarié, un meilleur investissement dans les tâches qu’il a à effectuer, des dépenses de santé en moins à terme, des arrêts de travail évités etc.

Le modèle mutualiste est le plus performant pour porter ces investissements dans la durée. L’état n’est plus en capacité financière de tout assumer, le modèle lucratif trop souvent tourné vers une rentabilité immédiate pour pouvoir le faire dans un esprit d’intérêt général. Il y a une place centrale pour les acteurs des solidarités actives, les mutuelles bien entendu mais pour d’autres aussi comme les coopératives, les associations, les fondations, toute l’ESS. La société s’organise, nous sommes acteurs.

En prenant l’initiative avec MGEN, ISTYA (MGEFI, MNT), HFP et Mare-Gaillard de créer VYV en 2017, Harmonie Mutuelle fait la démonstration que l’on peut refaire mutualité en France si l’on sait regrouper nos forces pour construire des solutions nouvelles pour accompagner les Français tout au long de leur vie. Les mutualistes sont au rendez-vous du XXIe siècle !

Vous parlez souvent d’entreprise citoyenne. Qu’est ce que cela signifie pour Harmonie Mutuelle ?

S.J. : D’abord, je dois me réjouir que ce débat gagne tout l’espace public. En lançant des travaux autour de l’objet social de l’entreprise, les pouvoirs publics posent la question des impacts sociaux, environnementaux de toutes les entreprises.
Mais je crois qu’il faut bien faire la distinction entre les entreprises qui souhaitent être exemplaires dans le cadre de leur action en limitant leurs impacts négatifs, ce qu’il faut encourager, de celles qui comme nous ont un but non lucratif et qui agissent au service de la société.

Pour Harmonie Mutuelle, c’est une vocation qui touche aussi bien à la finalité de nos actions qu’à notre gouvernance. C’est pour cela que je souhaite que nous mesurions ce que j’appelle notre “empreinte mutualiste” pour témoigner de notre apport spécifique et bénéfique à nos adhérents et à nos parties prenantes, en matière sociale, environnementale et économique.

Nous sommes une société de personnes, avec une exigence démocratique très forte dans notre gouvernance. La préparation de l’échéance du renouvellement de 2019 est très importante pour faire valoir et faire vivre le modèle mutualiste ainsi que pour le rénover.